Vendôme, Arles, Perpignan : les parcours photographiques de la rentrée

Publié le par la redaction nrp

Par Gaëlle Bebin

Vendôme © Gaëlle Bebin

Pendant les deux premières semaines de septembre, les photographies s’exposent partout, dans des cloîtres, des espaces désaffectés, en plein air… Des visites et des rencontres, gratuites sur inscription, sont organisées spécialement pour les professeurs et leurs classes.

Pour la première fois, les Promenades photographiques de Vendôme proposent une journée de visite accompagnée aux élèves du Loir-et-Cher. Les lycéens seront accueillis pendant une journée entre le 10 et le 18 septembre. Une rencontre avec les photographes Malik Nejmi et Dorothy-Shoes est également prévue. Le premier expose sa série intitulée « Taboo Child » sur les enfants handicapés souvent considérés comme maudits dans certains pays d’Afrique, où ils sont maltraités et abandonnés. La seconde met en scène un vieil homme seul face au vide d’une ville désertée, une ancienne salitreria chilienne ; une présence se recrée, même décalée, à partir des traces humaines laissées. On trouve d’autres reportages engagés et d’autres séries sur la solitude dans la sélection. Jérôme Delay présente son travail intitulé « Congo : La guerre sans fin » et « EXODUS » de Julian Cardona évoque le drame de l’immigration clandestine du Mexique vers les États-Unis. « In Fine » est une méditation sur les corps au seuil de la mort, « Immaculate / Primates » montre un homme nu, à la fois vulnérable et obstinément présent, dans l’environnement hostile des espaces froids et vides du quartier de la Défense la nuit, et de paysages sauvages et imposants. L’homme est en revanche tout à fait absent de la série de Denis Brihat, qui photographie légumes, fruits et fleurs sur un fond blanc qui fait ressembler ces formes à de délicats dessins sur une page. La photographie humoristique est là, dans les drôles de hasards captés par René Maltête : la réalité semble se mettre en scène elle-même lorsqu’un pompiste tenant son tuyau paraît braquer un policier bras en l’air pour régler la circulation, ou lorsqu’un rond dans l’eau fait une auréole juste au dessus de la tête d’un prêtre se promenant au bord du lac.

Un hommage estArles © Gaëlle Bebin également consacré à Aurel Bauh, de ses photos de Bucarest à ses  surimpressions surréalistes, ainsi qu’aux célèbres images de Moscou, Tokyo et New York de William Klein.

Du 5 au 17 septembre, la Rentrée en images prolonge les Rencontres d’Arles en proposant aux classes une visite de trois expositions du parc des ateliers en compagnie de médiateurs, et la projection de La Jetée de Chris Marker (célèbre court-métrage expérimental réalisé en 1962 à partir de photographies en noir et blanc). Ses énigmatiques visages de femmes, photographiés plus récemment dans le métro avec un appareil caché dans une montre, sont exposés au Palais de l’Archevêché.

Au Palais de Luppé, près des arènes, on trouvera une sélection des portraits et photos de classe réalisés depuis quatre ans dans le cadre de l’opération Des clics et des classes qui associe artiste, professeur et élèves ; cette année, le thème est « Mises en scènes ». Le nouveau dispositif « Un  œil dans ma poche » ne concerne pour l’instant que cinq classes de lycées d’Arles et des environs, mais l’idée est facilement transposable. Il s’agit pour les élèves, guidés par un photographe, de prendre trois photos puis d’écrire à partir de ces images, sur un thème donné. Les réalisations de chaque établissement sont ensuite rassemblées et éditées.

La Pagode, 2009 © Joachim Mogarra

La Pagode, 2009

De nombreuses activités au choix sont prévues par la Rentrée en images, parmi lesquelles la rencontre avec un photographe (Mat Jacob ou Joachim Mogarra) et la visite libre d’une exposition, comme celle de la Mexicaine Graciela Iturbide à l’espace Van Gogh. Mogarra métamorphose avec humour les objets les plus banals, qu’il photographie en y superposant des retouches enfantines ; un briquet devient un haut-fourneau à Détroit et une pile d’assiettes, une pagode. Il est exposé dans la Grande Halle du parc des ateliers.

Publié le par la redaction nrp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *