Tim Burton s’expose à la Cinémathèque…

Publié le par la redaction nrp

Tim Burton sur le plateau des « Noces funèbres » (Corpse Bride) de Tim Burton et Mike Jonhson

Quand on parle de Tim Burton, on pense d’abord au réalisateur d’Alice au pays des merveilles, Charlie et la chocolaterie, Edward aux mains d’argent, etc. Mais Tim Burton est un également un artiste de talent, dessinateur, peintre, sculpteur et photographe, dont nous pourrons découvrir le travail à la Cinémathèque de Paris à partir du 7 mars prochain.

Tim Burton fait partie de ces artistes dont l’empreinte est immédiatement reconnaissable, un imaginaire un peu morbide, plein d’humour et de tendresse, inspiré d’Edgard Allan Poe, une dose de merveilleux – parfois – en plus. Né en 1958, Burton a fait ses premières armes chez Disney en 1979, où il a travaillé entre autres sur Taram et le chaudron magique. Mais son style n’est alors pas vraiment du goût des studios, qui le trouvent trop morbide. Il quittera Disney quatre ans plus tard pour mieux y revenir en 2010 avec Alice au pays des merveilles. L’univers de Tim Burton est très lié à celui de l’enfance, l’enfantin – pour reprendre la notion développée par Pierre Péju – est au centre de son œuvre, rien d’étonnant donc à ce qu’il ait choisi d’adapter Lewis Carroll et Roald Dahl. L’esthétique de Burton réside aussi dans ses freaks, ces monstres nés de sa propre enfance qui à l’image d’Edward Scissorhands – Edward aux mains d’argent – ou de Jack Skellington – L’Étrange Noël de monsieur Jack – n’ont de « monstrueux » que l’apparence. Dans l’inventaire de ses œuvres, figure le recueil The Melancholy Death of Oyster Boy and other stories, des poèmes  tragiques sur des enfants pas tout à fait comme les autres. L’un de ces personnages, Stain Boy, est une mascotte de l’exposition… Il y a aussi dans son travail le désir de s’affranchir des conventions pour acquérir davantage de libertés, pour sortir des tourments de l’enfance et de l’adolescence. Ce n’est pas pour rien qu’Halloween est sa fête favorite, le jour de l’année où tous les interdits tombent.

Tim Burton, Sans titre (La Triste Fin du petit enfant huître et autres histoires) 1998. Crayon, encre, et aquarelle sur papier, 27.9 x 35.6 cm.

L’exposition qui a été crée en 2009 pour le MoMA de New-York, s’installe à Paris, à la Cinémathèque, du 7 mars au 5 août 2012. On pourra y découvrir des courts-métrages inédits, des dessins préparatoires de ses films et d’autres œuvres originales du cinéaste. Tout cela fera l’objet d’un prochain article… En attendant, plusieurs rendez-vous autour de l’exposition sont organisés par la Cinémathèque.

• Le dimanche 4 mars de 14h30 à 17h, Tim Burton signera le catalogue de l’exposition ainsi que son livre L’art de Tim Burton.

• Du 7 mars au 23 mai, la Cinémathèque programme l’ensemble des films réalisés par Tim Burton. Des colloques et des conférences seront également organisés en mars et avril. Et pour les plus jeunes, la Cinémathèque proposera activités et stages pendant la durée de l’exposition.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la Cinémathèque où vous pourrez y découvrir la bande-annonce très « burtonienne » de l’exposition…

À suivre…

Tim Burton, l’exposition du 7 mars au 5 août 2012.
La Cinémathèque française – 51, rue de Bercy – 75012 Paris
Lundi, mercredi, vendredi, de 12h à 19h
Jeudi 12h à 22h
Week-end, jours fériés et vacances scolaires de 10h à 20h
Billet coupe file disponibles sur le site de la Cinémathèque ou sur Fnac.com à partir de 5,50 euros

Publié le par la redaction nrp

2 réponses à Tim Burton s’expose à la Cinémathèque…

  1. Ping : Jack, Victor, Alice, Edward, Charlie, et les autres… | NRP Collège

  2. Ping : Jack, Victor, Alice, Edward, Charlie, et les autres… | NRP Collège

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *