Philippe Grimbert, Un secret

Publié le par La rédaction NRP

Par Florence Renner, professeure de lettres modernes, et Fabrice Carnet, professeur de lettres modernes et formateur à l’ESPE de Lyon

sup

Auteur et psychanalyste rendu célèbre par ce roman publié en 2004, après la mort de son père, Philippe Grimbert a su faire de cette histoire individuelle une histoire qui parle au cœur de tous. Il évoque dans un entretien ces nombreux témoignages de lecteurs qui lui avouent s’être entièrement retrouvés dans ce récit, et explique ainsi les raisons du succès de son livre : « Cela me fait penser qu’un livre qui fonctionne raconte forcément au lecteur son propre vécu, même s’il est très différent. Ici, cela tient au fait que le livre touche à une chose qui nous concerne tous : le secret de famille. »

Un roman autobiographique qui plaît aux Troisièmes
Ce roman est souvent étudié en classe de troisième, et il rencontre généralement un franc succès. Les élèves sont en effet touchés par l’histoire de ce garçon dont l’âge n’est pas très éloigné du leur, eux qui sortent à peine de l’enfance ; et le contexte historique, la Seconde Guerre mondiale, est toujours porteur pour eux d’émotions fortes. Certains passages les bouleversent, comme le sacrifice d’Hannah qui emmène Simon avec elle vers une mort certaine, ou la projection du film sur les camps de la mort dans le lycée du narrateur. D’autres les émeuvent, l’amour entre Maxime et Tania, la faiblesse du père à la fin du roman, la découverte du cimetière des chiens… Mais surtout, le souffle si particulier de l’auteur, cette écriture simple et immédiate, les touche au cœur, et les jeunes lecteurs sortent généralement troublés de cette histoire.

Un livre, un film
Il serait dommage de ne pas étudier le roman en parallèle avec le très beau film qu’en a tiré Claude Miller en 2007, avec Cécile de France et Patrick Bruel dans les rôles principaux. Miller qui lui aussi avoua un secret de famille, et qui donne au roman une portée nouvelle par ses choix de narration cinématographique, alternance de scènes en couleurs et en noir et blanc, selon une narration inversée. Les acteurs donnent un visage, une voix, une attitude aux personnages croisés dans le roman, et les élèves pourront s’interroger alors sur le travail d’adaptation d’un roman en film.

Ce que propose la séquence
On demandera aux élèves de lire le roman avant le début de la séquence, en autonomie. Ils rencontreront peut-être certaines difficultés, qui seront levées par l’étude de passages précis faits en classe et par le travail transversal proposé sur certains grands thèmes de l’œuvre. Les séances proposées permettent en effet de circuler dans l’œuvre en alternant étude générale et focus sur des passages essentiels, selon des modalités de travail en groupes, en binômes ou individuel. Il s’agit d’inciter les élèves à développer leur interprétation d’une œuvre à fort potentiel symbolique, tout en les préparant aux épreuves du brevet et à l’analyse de film. Les fiches accompagnent et prolongent cette lecture de l’œuvre, en proposant en particulier une lecture cursive supplémentaire, elle-même suivie d’une adaptation filmique : celle du roman Effroyables Jardins de Michel Quint, mis en film par Jean Becker en 2003.

Articles sur le même thème

Nuages de tags

Publié le par La rédaction NRP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *