Éloge paradoxal de la classe virtuelle : quand le distanciel interroge le présentiel

Publié le par La rédaction NRP

Par Anthony Soron

Alors que la crise sanitaire se prolonge et que l’hybridité des enseignements recommence à prendre forme dans les établissements scolaires du second degré, l’efficacité des classes virtuelles justifie d’être questionnée, exemples à l’appui, issus de la première période de confinement. En tant que formateur INSPE, nous avons pu bénéficier des retours de professeurs stagiaires « qui s’y sont mis », d’abord par nécessité, ensuite en y trouvant quelques fonctionnalités aussi inattendues qu’exploitables dans un enseignement « réel ».
 
 
 

Ô temps ! Suspends ton « Zoom » !
Le premier élément qui est apparu à nos stagiaires – outre, évidemment, tous les problèmes techniques liées à la saturation des connexions – est le rapport au temps. Concevoir une classe virtuelle comme substitut d’une séance en présentiel ne signifie pas conclure à l’équation : 1 heure en présentiel = 1 heure en distanciel. L’idée a plutôt été pour eux de préparer une séance correspondant à un temps court en se fixant des objectifs raisonnables, des activités ciblées et un ou des supports projetables. En clair, il s’est agi de privilégier le qualitatif sur le quantitatif. Cela leur apparaissant d’autant plus pertinent, qu’ils ont eu souvent à enchaîner deux, voire trois classes virtuelles. Ce rapport « serré » au temps a impliqué, selon leurs témoignages, une « préparation plus rigoureuse », voire une planification « chronométrée » du déroulé de la séance. La plupart sont arrivés à la conclusion que pour que la classe virtuelle tienne en 45 minutes – hors mise en route avec test audio et vérification des connexions – il fallait impérativement poser d’emblée les jalons de la séance à venir en s’appuyant sur un affichage partagé très explicite des objectifs.
Cependant, une autre prise conscience a été manifeste pour eux après l’expérimentation de leurs deux ou trois premières classes virtuelles. Tenir les délais ne signifie pas courir après le temps. En effet, dans une situation distancielle, toute accélération fortuite dans le déroulé de la séance sera quasi fatale pour bon nombre d’élèves. Une stagiaire particulièrement perspicace sur les enjeux de l’enseignement à distance s’est aussi donné pour principe de « ne pas parler en continu trop longtemps » et de « répéter avec insistance et lentement chaque idée ou consigne importante ». Un autre stagiaire se découvrant rétrospectivement trop prolixe en présentiel a constaté que le distanciel l’obligeait à davantage « peser, voire économiser ses mots ». La formule semble en effet intéressante au point d’être approfondie par une autre stagiaire lors d’un échange en Zoom : « J’ai compris l’importance du silence, de la non-parole et de fait, un truc que je ne parvenais pas à bien sentir en cours, le prof (donc moi) parle tout le temps, ou du moins un peu trop… ».

Le bon sens des apprentissages
La classe virtuelle oblige à divers aménagements de sa façon de travailler, notamment la question du chat en ligne qui, s’il n’est pas géré fermement, peut faire dériver la séance. Plus globalement, les stagiaires ont réalisé combien il était essentiel de cadrer le travail projeté à la fois en termes de délais de réalisation et en termes de qualité et de variété des supports. Ainsi, de façon très judicieuse, une stagiaire a décidé de travailler sur le vocabulaire à partir du texte Le Premier roi du monde, L’épopée de Gilgalmesh, de Jacques Cassabois. Les deux héros, Gilgamesh et Endikou décident de « conquérir la forêt de cèdres » (p. 59). Le texte est intéressant à étudier avec une classe de 6e par sa capacité à lier récit d’action et appel à l’imaginaire. L’extrait suivant a été partagé par la professeure, après que le contexte en a été rappelé.
« Il n’est plus le même et Gilgamesh, qui s’en aperçoit, observe la métamorphose. Il se délie. Son pas et souple. Il ne marche plus. Il glisse, il coule, il effleure la piste. Et son corps dialogue avec la steppe qui lui transmet son immensité. Endikou ne s’épuise pas. Il se recharge » (p. 63).
Cette situation d’enseignement faisait suite à une précédente où la professeure s’était rendu compte que son étayage du texte lors de l’explication n’avait pas permis à tous les élèves d’en saisir certaines subtilités. Elle a donc eu l’idée pour la séance suivante d’optimiser les ressources autorisées par le distanciel. Elle a demandé aux élèves de lire le texte en silence et de noter dans le chat les mots incompris. (Affichage : Lisez le texte… Notez dans le chat…). L’originalité de sa démarche a été de ne pas donner les définitions des mots présumés incompris, comme « steppe ». Elle a préféré, dans un second temps, leur diffuser plusieurs images représentant la « steppe ». Dès lors, les élèves ont été mis en situation de réfléchir à ce qu’ils avaient compris (Affichage : À partir de des images précédentes, relisez le texte en silence, et traduisez avec vos propres mots ce que vous avez compris). Ici encore, la professeure stagiaire a mis en évidence le fait que le distanciel l’avait obligée à séquencer ses apprentissages, « à avancer étape par étape, en réfléchissant à l’aide que pourrait apporter tel ou tel support ». D’où le recours à des photographies et ensuite à une page de dictionnaire en ligne. L’usage du chat a permis à chacun de s’exprimer, même de façon minimale. La classe parvenant à terme à des interprétations globalement concordantes.
La consigne suivante avait trait au vocabulaire, précisément à l’enchaînement des trois verbes d’action, « il glisse, il coule, il effleure la piste » : (Affichage : « Comment  comprenez-vous le verbe couler dans cette phrase ?). Toujours la même modalité de travail avec les diverses propositions possibles et pour cette raison, une forte probabilité de faux-sens pour certains. La classe a ainsi été mise en situation de réfléchir au sens propre d’un mot (« coule ») et son usage spécifique en fonction de son contexte étroit. En ce sens, la séance en distanciel a révélé à la jeune enseignante d’une part la nécessité de prendre plus de temps pour analyser un énoncé, et d’autre part de constamment engager l’écrit dans le travail interprétatif.
C’est peut-être ce qui a sauté aux yeux de nos stagiaires après quelques expériences distancielles : si l’oral garde toute sa place, l’écrit redevient pour ainsi dire naturellement prééminent.
Selon cette perspective, il y a comme « une obligation de respecter un processus, une logique d’apprentissage : dans une classe virtuelle, tu ne peux pas courir tous les lièvres à la fois », s’est plu à affirmer un autre stagiaire. L’image apparaît une nouvelle fois judicieuse, comme si les jeunes professeurs découvraient du fait de la contrainte du distanciel que la pédagogie ne pouvait se satisfaire des « illusions » reposant sur le charme de l’échange.

Jamais (plus) sans ma boîte à outils !
Une autre stagiaire a eu, dans le cadre de son retour d’expérience, une formule très heureuse. « En préparant mes classes virtuelles, après quelques tentatives maladroites, je me suis dit qu’il fallait que je fasse comme les peintres. Ça m’est venu comme cela : ne lui faut-il pas une palette, un chevalet, un modèle, une chaise,… C’est peut-être bête, mais tout d’un coup, j’ai listé ce dont j’avais besoin : ce qui revenait à réfléchir au fameux “supports“ dont on parle sans cesse en formation. Et à titre d’exemple, je me suis posé la question du dictionnaire (en l’occurrence en ligne), de la photographie d’un auteur, d’une frise chronologique, d’une carte. Une fois tout cela sur mon écran, prêt à être à ˝partagé˝, je me suis sentie plus à l’aise, ou si vous préférez prête, et les classes virtuelles m’ont paru moins dures et plus fluides. »
Ce témoignage apparaît très précieux tant il traduit une forme d’évidence que le distanciel replace au premier plan. Sans aller jusqu’à parler de révélation, cette situation proprement inenvisageable quelques semaines auparavant a permis de focaliser son attention sur des contraintes et/ou des impératifs de l’apprentissage. Manifestement, c’est l’importance des détails qui a fait le plus réfléchir les professeurs. D’ailleurs, beaucoup ont mesuré combien la taille d’un énoncé pouvait influer sur son interprétation.
Ainsi, plusieurs stagiaires ont choisi de travailler en quatre temps :

  1. Proposition d’un texte à lire chez soi (extrait d’un groupement)
  2. Relecture à voix haute du professeur, ou écoute du texte lu par un comédien à l’entame de la classe virtuelle
  3. QCM de vérification de compréhension globale
  4. Activités visant à la compréhension fine avec affichage d’un ou de deux extraits à la fois courts et représentatifs du texte retenu.

Qu’on s’en satisfasse ou non, il apparaît, selon les retours de nos professeurs stagiaires, que l’enseignement distanciel participe d’une forme de rationalisation de la séance, comme si, tout à coup, on ne préjugeait plus de l’alchimie provoquée par l’échange potentiel et de sa productivité.
Comme si l’intention « conceptualisante » supplantait la présomption d’une réussite dans le cadre d’une séance ou prime l’improvisation.
Il y a certainement quelque chose à tirer de cette expérience pédagogique provoquée par un contexte sanitaire extraordinaire. Les élèves doivent impérativement redevenir les acteurs premiers de leurs apprentissages, et a cette fin, disposer de tous les outils dont ils ont besoin, et apprendre à s’en servir.

NRP – Janvier 2021

Lire d’autres articles sur l’enseignement à distance

Publié le par La rédaction NRP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *