Des nouvelles fantastiques du XIXe siècle à étudier en 4e

Publié le par La rédaction NRP

Par Rachel Druet et Adeline Pringault-Leguy

nrpcoll_suppl_mars19_couv

La Main de Guy de Maupassant, La Tresse noire d’Erckmann-Chatrian, Le Pied de momie de Théophile Gautier, Le Portrait ovale d’Edgar Allan Poe, Le Monstre vert de Gérard de Nerval sont regroupés autour du thème programmatique : « Quand le quotidien devient étrange… » Ouvrir ce « Carrés Classiques » avec nos élèves, c’est entrer au cœur du fantastique et de la littérature du XIXe siècle.

Des fictions au cœur du cycle 4

En 4e, les élèves font le pont entre l’ouverture aux univers nouveaux qu’ils avaient pratiquée l’année précédente et l’étude des romans d’anticipation et de science-fiction qu’ils liront en 3e. « La fiction pour interroger le réel » oriente la thématique « Regarder le monde, inventer des mondes ». Et c’est bien à l’invention de mondes que nous convions les élèves en étudiant le fantastique. Pour nombre d’entre eux, aborder le fantastique est aussi aborder une littérature classique proche des livres de fantasy vers lesquels ils vont plus spontanément. Cette lecture, exigeante, devient également séduisante. Dans nos séances, nous avons mis l’accent sur des activités interprétatives, des propositions de débats, des dialogues entre les auteurs et les arts, afin de faire résonner les œuvres littéraires parmi les interrogations humaines. Par ailleurs, nous avons choisi de consacrer plusieurs séances à des ateliers d’écriture variés qui développent la créativité des élèves sous des formes diversifiées, qui peuvent être suffisamment divertissantes pour susciter le goût d’écrire. Un des buts de ces ateliers est d’inciter les élèves à étoffer leur cahier d’écrivain. Le professeur pourra ainsi encourager les élèves à écrire des textes courts autour d’une consigne simple : dresser une liste d’objets au potentiel fantastique, inventer un parcours inquiétant dans le corps humain, décrire et dessiner un lieu hanté… Les textes créés librement dans le cahier d’écrivain sont autant d’entraînements à l’écriture qui donnent de l’aisance aux élèves. Lors des tâches finales évaluées, ils sont ainsi plus à l’aise avec l’exercice d’écriture longue.

Ressources pour le professeur

Les séances du supplément sont autant de pistes d’exploitation pour l’enseignant qu’il ajuste selon sa progression, ses élèves ou ses envies. Une séquence peut se construire avec l’ensemble des nouvelles de l’édition « Carrés Classiques » ou autour d’une seule. Par ailleurs, nous avons panaché les niveaux de difficultés des fiches pour qu’elles soient utilisables à différents moments de la progression du professeur.
La nouvelle de Gérard de Nerval, Le Monstre vert, présentée en « autre lecture » à la fin du volume est intégrée dans nos séances. Les bilans de lecture et exercices d’expression du « Carré Classique » peuvent être proposés en autonomie aux élèves à l’issue d’une lecture cursive.
L’enseignant trouvera dans ce supplément des pistes pour aborder d’autres textes fantastiques du XIXe siècle en écho aux textes proposés. Le carnet de littérature, s’il est mis en place, peut accueillir et compléter les réflexions des élèves et favoriser leur posture d’auteur. Les supports iconographiques, extraits de films ou images telles que tableaux ou illustrations, permettent également de nourrir la réflexion sur les liens entre les œuvres et leurs inscriptions dans un « contexte historique et culturel », ainsi que le préconisent les attendus de fin de cycle 4. Le professeur en profitera pour aborder l’épreuve orale du Diplôme national du brevet, que les élèves présenteront l’année suivante et dont l’esprit se rapproche de ces mises en lien et en tension d’œuvres.

Publié le par La rédaction NRP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *