Archives mensuelles : février 2021

Acquérir du vocabulaire en s’amusant

Publié le par La rédaction NRP

Dans chaque numéro, Amélie Berthou-Sergeant, l’auteure des accompagnements personnalisés, vous propose des fiches pour progresser en langue. En janvier, elles aideront vos élèves à acquérir du vocabulaire en s’amusant. Cela commence par l’emploi d’un mot par semaine et se termine par un Time’s up !

« Cette série de six fiches tous niveaux permet d’apprivoiser des mots d’apparence complexe. On en donne le gout en faisant découvrir leur histoire, depuis leur origine jusqu’à nous. Saviez-vous par exemple qu’au départ le mot « école » désignait l’activité de loisir à laquelle on se livrait quand on n’était pas contraint par son travail ? Ou bien qu’un « scrupule » était un petit caillou ? À travers cinq fiches thématiques (l’école, les insultes, jolis mots surprise, la parole, le caractère/les émotions), les élèves jouent avec la formation des mots : le sens de certains suffixes, diminutifs ou péjoratifs, les familles de mots, les néologismes conçus comme des mots-valises, l’existence de racines indo-européennes qui ont elles-mêmes donné naissance au latin et au grec. Ces activités élargissent la compréhension du vocabulaire nouveau et par la même la compréhension des textes. À la fin de chaque fiche, les élevés résument chaque mot par un dessin afin de faire passer les connaissances de la mémoire de travail à la mémoire à long terme. Le travail de l’intelligence visuelle et spatiale complète celui de l’intelligence verbale et linguistique. Rien n’est plus sérieux que le jeu ! Si les élèves parviennent avec plaisir et amusement à s’approprier les mots difficiles proposés dans ces fiches, ils se sentiront mieux armés face à d’autres mots difficiles et les accueilleront avec moins de réserve. De même, on sait qu’il faut employer au moins sept fois un mot pour qu’il fasse partie de notre vocabulaire. C’est pourquoi le principe de ces fiches est avant tout ludique : chaque semaine, un mot de la fiche en cours est à l’honneur, c’est le « mot de la semaine ». L’idéal est de fabriquer un panneau au mur pour le mettre en valeur et le rappeler aux élèves. Les élèves ont pour mission d’employer au maximum ce mot de façon pertinente dans les autres cours ou en dehors, à la maison notamment. Ils ne sont pas à l’abri de surprendre leurs professeurs ou leurs parents ! Lors d’un bref rendez-vous hebdomadaire, en cours de français, vous leur demandez de raconter quand et comment ils ont employé le mot de la semaine qui s’achève, vous validez le bon usage du terme, puis vous modifiez l’affichage pour la semaine qui commence. De cette façon, une fiche thématique est exploitée pendant quatre semaines d’affilée, et la totalité des fiches a été exploitée au bout de cinq mois. À l’issue de cette période, vous employez la fiche élève 6 afin de réviser la totalité des mots avec un jeu de Time’s up !, qui permet de nouveaux emplois du terme (entre trois et six occurrences chacun). Ce jeu fait appel à l’intelligence verbale/ linguistique (résumé en un mot) mais aussi corporelle/ kinesthésique (mime) ou visuelle/spatiale (dessin). Un texte à trous, que vous pouvez noter sur vingt (un point par mot), vous permet d’évaluer les élèves, de réactiver une dernière fois les mots et de vous assurer de leur bonne orthographe. »

Cliquez sur l’image pour consulter la première fiche 

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec ,

Homère, éducateur des Grecs – Séquence 6e

Publié le par La rédaction NRP

Présentation
« Dès l’âge le plus tendre, à l’esprit naïf de l’enfant qui fait ses premières études, on donne Homère pour nourrice » dit le philosophe Héraclite. Dans Le Banquet de Xénophon, un personnage explique : « Mon père, désirant que je devienne un homme accompli, me força à apprendre tout Homère ; aussi, même aujourd’hui, suis-je capable de réciter par cœur l’Iliade et l’Odyssée. » (III, 5)
C’est en effet avec Homère que les Grecs de l’époque classique apprenaient la lecture et la littérature. Ils y trouvaient des modèles héroïques et des figures de référence, mais aussi des connaissances pratiques, des règles de vie, des savoir-faire rituels. Homère était donc bien, comme le dit Platon, « l’éducateur de la Grèce ».
Ce rôle de l’œuvre homérique permet de proposer aux élèves une vision renouvelée de l’Iliade et de l’Odyssée. En orientant la lecture vers la fonction pédagogique des textes pour les Grecs de l’époque classique, on fait porter l’accent sur leur signification au-delà de leur contenu narratif.

Une version accessible des deux textes homériques
La version publiée par Annie Collognat regroupe en un seul volume des épisodes des deux épopées, dans une traduction à la fois fidèle au texte grec et accessible à un lecteur de onze ans. Les extraits sont accompagnés de pages documentaires simples qui sont exploitées dans le travail que nous proposons.

Démarche pédagogique
L’étude est organisée en trois étapes. La première permet une entrée dans chaque texte. La seconde s’attache à la manière dont les œuvres d’Homère reflètent pour les Grecs leurs croyances, leurs pratiques religieuses et sociales et une image de leurs savoir-faire. La troisième étape fait découvrir des figures (Achille, Hector, Ulysse) qui s’offraient comme des modèles héroïques auxquels se référer.
Les activités pédagogiques comprennent des lectures en amont et en classe où les échanges oraux peuvent déboucher sur une petite synthèse écrite. Des séances plus ludiques (lectures expressives, jeu théâtral) sont également proposées ainsi que du travail en groupe.

Cliquez sur l’image pour consulter un extrait de la séquence.

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , ,